A chacun sa rentrée littéraire…

Le verre à moitié vide ebookLe début de la belle aventure du livre autoédité Le verre à moitié vide, pour les rares qui m’ont lue, vous en avez soupé ! Vous connaissez les détails de l’écriture, du lancement, et tant et plus… La suite ? Je vous la conte en peu de mots : merci Amazon.
Ok, en un peu plus de mots alors. En mai dernier, j’ai décidé de donner l’exclusivité à Amazon (programme KDP select). J’ai fait une petite promo sur mon ebook pour lui permettre d’être mis en avant et les ventes ont alors décollé, dépassant largement le seuil psychologique des 200 exemplaires que je m’étais fixé. Puis, tout s’est enchaîné assez vite. Je n’y croyais pas de voir mon livre dans le fameux Top 100 !
Croyez bien qu’à un prix de vente de 3.99€ ce n’est absolument pas une question d’argent. Mais pour un 1er roman, c’est juste une satisfaction immense de constater qu’il est lu et même parfois (oh miracle) apprécié. Je suis donc pleinement consciente que je ne touche pas (encore) au génie littéraire et que j’ai des progrès à faire, mais c’est un tel contentement d’être allée au bout de ce projet si personnel que chaque nouveau téléchargement m’a remplie de joie.
Mais revenons à nos moutons. En août, la cellule Createspace d’Amazon m’a sollicitée pour éditer une version papier de mon livre. Vous savez ce que j’ai répondu ? « Yes, with pleasure ». Yes, parce que ce qui peut être perçu comme un inconvénient, c’est que tout le processus se déroule alors en anglais. Mise en page, correction des ultimes fautes, validation de la couverture (qui m’a donné du fil à retordre)… Toute cette petite affaire a duré environ 1 mois (j’avoue, je suis perfectionniste). Mais quand j’ai reçu l’épreuve papier, c’est un peu comme si cela avait été Noël avant l’heure. J’étais fin prête à faire moi aussi, ma rentrée !

Le verre à moitié vide, une comédie romantique qui n’est bien sûr pas en lice pour un quelconque prix prestigieux, est donc désormais disponible ici en format numérique (Kindle) et en format papier (broché). A celles (et ceux) qui se laisseront séduire, je souhaite donc une bonne lecture !

Ainsi se termine le chapitre « Ma vie, mon œuvre ». Il est désormais temps de passer à autre chose…

Cet article a été publié dans Aix-eterra, Culture & confiture avec le mot-clé , , , . Mettre en signet le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current month ye@r day *